DÉJEUNER-CONFÉRENCE : L’approvisionnement québécois, une stratégie qui peut être payante et créer de la valeur pour les entreprises

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


DÉJEUNER-CONFÉRENCE : L’approvisionnement québécois, une stratégie qui peut être payante et créer de la valeur pour les entreprises


Victoriaville, le 30 novembre 2021. Le 30 novembre 2021 a eu lieu le déjeuner-conférence « Approvisionnement québécois, stratégique et payant » offert par M. Stéphane Drouin d’Investissement Québec. Une soixantaine de personnes ont participé à cet événement en présentiel qui avait pour objectif d’inspirer les entrepreneurs à passer à l’action pour intégrer et développer un réseau de fournisseurs de proximité.


Pendant près d’une heure, Stéphane Drouin, responsable de la stratégie d’achat québécois, a entretenu l’audience et a convaincu celle-ci de la plus-value de l'approvisionnement québécois. Lors de cette conférence, M. Drouin a démontré que l’approvisionnement québécois peut très souvent devenir plus attrayant que les importations et que la substitution des importations n'est pas qu'un modèle théorique. Il n’est pas rare que les entreprises ne calculent pas certains coûts cachés dans leur approvisionnement à l’international comme par exemple des frais de visites d’audit de fournisseurs ou encore le taux de rejet de produits défectueux arrivés par conteneur et qu’en faisant les calculs des coûts réels, acheter au Québec pourrait devenir plus avantageux. Il a ainsi présenté cinq raisons pour augmenter l’achat québécois dans la chaîne d’approvisionnement : « La pandémie n’a pas été le déclencheur des problèmes d’approvisionnement, mais un accélérateur. Elle a montré que certains maillons de la chaîne d’approvisionnement étaient vulnérables et représentaient un désavantage pour les entreprises. L’autonomie et la résilience de la chaîne d’approvisionnement sont des éléments qui permettent à une entreprise de mieux gérer les risques ». Monsieur Drouin a également donné des pistes de solutions et des outils disponibles sur le site d’Investissement Québec pour concrétiser des projets d’approvisionnement québécois. Il a également rappelé l’importance de faire des alliances entre les PME du territoire. Enfin, « Si chaque entreprise achète davantage au Québec, ce sont des investissements qui demeurent chez nous, et tout le monde y gagne », souligne-t-il.


L’événement a été organisé conjointement par Investissement Québec, la Corporation du développement durable (CDD) et la Chambre de commerce et d’industrie des Bois-Francs et de L’Érable, et a été présenté par la Démarche d², programme qui d’accompagnement pour l’adoption de pratiques écoresponsables au sein des entreprises, en collaboration avec la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR) et la SADC Arthabaska-Érable.


À propos de la Corporation du développement durable

Constituée à Victoriaville en 2012, la Corporation du développement durable (CDD) est un OBNL qui a pour mission de sensibiliser, mobiliser et outiller les organisations régionales du Centre-du-Québec afin de faciliter la prise en charge concertée d’enjeux en développement durable. Elle collabore ou prend en charge la gestion de projets et/ou services liés au développement durable. La CDD contribue entre autres au déploiement d’un service d’accompagnement stratégique en développement durable, la Démarche d2, sur les territoires d’Arthabaska et de L’Érable et offre un service d’accompagnement en économie circulaire sur le même territoire, en plus de Nicolet-Yamaska et Bécancour. Finalement, la CDD est l’organisme porteur du Fonds Écoleader pour le Centre-du-Québec.


-30-


Source :

Élodie Pornet

Conseillère en développement durable

Corporation du développement durable

epornet@corpordd.org

819 758-3172 poste 252

press to zoom

Stéphanie Allard, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs/Érable, Antoine Tardif, maire de la ville de Victoriaville, Jacinthe Roy, directrice générale de la CDD, Stéphane Drouin, vice-président, Achat québécois et développement économique d’Investissement Québec et Nathalie Desjardins, directrice régionale Centre-du-Québec d’Investissement Québec.

press to zoom

press to zoom
1/2